Les démolitions et les plantations

Un week-end, ça nous a pris d’un coup : on démonte la toiture du four à pain ! Il faut dire qu’elle était trouée en plusieurs endroits et en piteux état. Avec Benoît et Bénédicte en renfort, nous voici partis : au total 4h30 à 3 personnes, montage/démontage d’échafaudage compris. Le plus long est de gratter les tuiles pour enlever la mousse.

Bénédicte s'attaque au laurier, quel courage ! Nous montons l'échafaudage.

Benoît, Régis et Véronique sur l'échafaudage

Et on gratte les mousses de chacune des tuiles (70 au m2 !)

Véronique gratte aussi chaque tuile

Benoît avance bien

L'équipe au travail : c'est presque fini.

Et voilà, plus de toiture et une bâche de protection

La tempête du dimanche 28 février ne nous a pas épargné mais les dégâts sont minimes. Des tuiles ont atterri dans la cour et la toiture en tôles ondulées du poulailler s’est envolée d’un seul bloc. Nous avons retrouvé le tout dans la cour du voisin. Ouf, rien de grave. Comme le dit si bien ce proverbe « à quelque chose malheur est bon« :  nous décidons illico presto de démolir l’ancien poulailler construit en parpaing et ciment.

Plus de toiture !

Certes, ce n'était pas très joli comme construction ...

A l'attaque du ciment

Et voilà : plus de poulailler. Bon, il reste encore l'enduit ciment à enlever 🙁

Nous profitons de la mini-pelle pour nettoyer les berges vers le Ravillon, enlever les racines du laurier vers le four à pain, évacuer un gros tas de gravats …

Plus de vieilles souches pourries, bientôt un super coin pour l'été

Pas terrible les racines le long du four à pain ...

... heureusement elles sont venues d'un bloc sans rien abîmer

Plus de laurier !

Il faut bien un coin à gravats !

Place au plantations de cassissiers et groseilliers ! Rendez-vous à partir de fin juin pour les premières cueillettes…

Futur emplacement des petits fruits

Des piquets et fils matérialisent les rectangles (avant que le poulailler ne soit abattu)

Un rectangle est dessiné à la chaux

Les premiers cassissiers et groseilliers sont plantés, avec du compost à leurs pieds

Une ligne de cassissier

A droite, le paillage pour limiter la corvée de désherbage et conserver l'humidité

Et voilà le premier des quatre rectangles est planté.

En tout, 34 plants de différentes variétés sont plantés. Belles récoltes en perspective.

En parallèle, la pelouse est semée. Espérons qu’elle prenne le dessus sur les mauvaises herbes.

Un dernier tour de motoculteur pour ameublir la terre tassée par la mini-pelle


Un gros tas de terre à étaler pour Laurent de Servicat. Elle comble le creux laissé par le poulailler.

Au bout de deux heures, des petits tas à la place du gros tas

Jean-Pierre de Servicat sème la pelouse

Et pour le plaisir des yeux, deux photos du colombier.

Dans la brume du matin

Le matin tôt

avril 12, 2010

Étiquettes : , , , ,
  • La photo du Colombier dans la brume du matin est sublime!! Quand je pense que ce fichu laurier est venu d’un seul coup avec une vulgaire pelleteuse… il faut dire que j’avais dû pas mal l’impressionner avec ma petite pelle… c’est génial que le mur ne soit pas parti avec! Encore bravo à vous pour les tuiles (et je salue une nouvelle fois votre absence de vertige: c’est pas hyper haut mais quand même!)…

    • De fait, tout le véritable travail avait été réalisé avant grace à ta mini pelle qui l’avait terriblement effrayé 🙂